Réserver
Agenda
  • carrelet-vitrezay.jpg
  • champs-haute-saintonge-old.jpg
  • tourisme-haute-saintonge-old.jpg
  • vigne-haute-saintonge.jpg
  • saintongeais.jpg
  • maison-de-la-foret.jpg
  • tournesol-haute-saintonge.jpg
  • antilles-jonzac-old.jpg
  • reserve-papillons.jpg
  • tourisme-haute-saintonge.jpg
  • champs-haute-saintonge.jpg
  • thermalisme-jonzac-old.jpg
  • chateau-montguyon.jpg
  • tour-beaumont.jpg
  • antilles-jonzac.jpg
  • carrelet-vitrezay-old.jpg
  • chateau-montguyon-old.jpg
  • saintongeais-old.jpg
  • vigne-haute-saintonge-old.jpg
  • thermalisme-jonzac.jpg
Une gamme de pineau des Charentes
Le pineau des Charentes


La légende veut que la naissance du pineau des Charentes soit le fruit du hasard. En effet, selon l’historien saintongeais Paul Dyvorne, ce serait près de Burie en 1589, qu’un vigneron aurait mélangé, par inadvertance, du moût de raisin avec l’eau-de-vie de cognac dans un fût. Ce dernier aurait été oublié pendant plusieurs années et au moment de jeter le contenu , le vigneron aurait découvert un breuvage fleurant bon le terroir.
Ainsi naquit le pineau des Charentes.

Mais ce n’est qu’à partir de 1930 que l’on peut constater un réel essor de la production et de la commercialisation. C’est ainsi que le 12 octobre 1945, un décret attribue le label d’origine contrôlée au pineau des Charentes. Plus tard, la loi délimitera la zone et les normes de production.

Le sol charentais est exceptionnellement propice à la production de raisins mûrs et sucrés, la terre est relativement sèche et se réchauffe facilement. Mais cela ne suffit pas pour obtenir un bon pineau des Charentes. En effet, le vigneron doit prendre parfaitement soin de ses vignes, il veille à ce que les raisins soient sains et n’hésitent pas à passer plusieurs fois pour choisir les grappes les plus aptes à faire du pineau.

La législation étant draconienne, seul les viticulteurs distillant leur propre récolte (individuellement ou groupés) peuvent avoir l’appellation "pineau des Charentes". De plus, ils doivent suivre cette même législation au niveau de la taille , la fumure, les méthodes de fabrication, le degré, le logement et le vieillissement.

Le pineau des Charentes est une mistelle, obtenue par mutage d’un moût avec du cognac rassis. Le pressurage est fait de façon à ce que la meilleure qualité de jus soit utilisée. Afin d’obtenir du pineau, la vendange doit être saine et mûre, le raisin doux et le cognac de la meilleure qualité, ne dépassant pas 60% Vol., car c’est lui qui marque le pineau de son empreinte.

Suivant les cépages, on obtient deux types de pineau des Charentes :
le pineau blanc s’obtient à partir des cépages folle blanche, ugni blanc sémillon, colombard et montils.
Le pineau rosé est quant à lui élaboré à partir de merlot, cabernet franc et cabernet sauvignon.
Le mutage est effectué dans des fûts de chêne, le cognac versé au fond arrête la fermentation du moût et donne au pineau sa teneur en alcool. Durant huit à dix jours, afin d’obtenir une homogénéité, le mélange est brassé énergiquement. Enfin, il est vieilli plusieurs années dans des fûts de chêne dont le tanin contribue à donner sa saveur au pineau qui se bonifie avec le temps.

Après au moins une année de vieillissement, le Syndicat des Producteurs accorde son agrément, puis il est mis en bouteille et livré à la consommation.


À voir aussi "Le cognac"

À voir aussi "Les Vins de Pays Charentais"


À voir aussi "Le brûlot charentais"

À voir aussi "Cognac Etc. "Distilleries en Fête, vos expériences de distillation"

À voir aussi "Cognac Etc. le magazine de l'oenotourisme"

Voir le site Internet du Syndicat des Producteurs de pineau des Charentes

À découvrir aussi "La Maison de la Vigne et des Saveurs"


 

 

 

 

A découvrir également en Haute-Saintonge